Saskia de Rothschild

Saskia de Rothschild, journaliste et reporter

1 – Pourquoi l’écriture tient-elle une place si importante dans ta vie ?

 J'ai voulu écrire car je pense que les livres ont un pouvoir. Mais également pour raconter des histoires. Quand j'étais petite, je lisais tout le temps. Je suis devenue journaliste pour écrire les histoires des autres et être utile avec les mots. Je trouvais ça magique de les agencer et de leur donner le pouvoir d'informer. 

2 – Quel avenir imagines-tu pour l’écriture dans ce monde porté de plus en plus sur l’image ?

Je pense que l'écriture change de rôle. On est bombardé par des flux incessants d'images, or de plus en plus, je travaille à faire des reportages plus longs, d’investigation. En Côte d'Ivoire, j'ai passé un mois dans une prison pour écrire un seul article. Prendre le temps de comprendre une situation est pour moi la mission primordiale du journaliste et de l'écrivain de demain. En opposition au fast news, souvent consommé en trois lignes ou en images. Il faut que les mots restent, marquent et fassent changer les choses. 

 

3- Parle-moi de trois femmes qui ont changé ta vie.

Mme Meignen: ma professeur de Français de 6ème. Elle a été la première à me faire réaliser le pouvoir des livres. 

Les femmes que je rencontre en reportage au bout du monde, au Groënland ou au Cap Vert, qui ont sept enfants,  un travail manuel harassant et une maison à gérer. Elles disent toujours que c'est en se serrant les coudes qu'elles s'en sortent.

Ma grand-mère : la plus belle femme du monde! C'est elle qui m'a montré la féminité, même si j'étais tout le contraire. Elle avait des histoires incroyables qu'elle racontait toujours comme si c'était facile. Pendant la guerre, elle s'est enfuie seule enceinte de mon père et avec ma tante à peine âgée de deux ans. Elle a traversé la France en voiture, a pris un bateau pour le Brésil pour finalement débarquer à New York.

4 – Quelle est ta devise ? 

« Être utile »

5- « Ad misse » c’est s’autoriser. En 2017 qu’est-ce qu’une femme doit savoir s’autoriser ?

 S'autoriser à être douce! On voit trop de femmes qui deviennent agressives pour se positionner. 

6- Qu’est-ce qu’une femme Admise ?

Une femme qui sait porter un tailleur sans avoir l'air d'en porter un. Quelqu'un qui se tient droit et a confiance. 

 Portrait photo : Nina Koltchitskaia

Guide de tailles